Petitpoint

Portrait

Mathilde, maman de Gaspard, installée à Paris.

Co-fondatrice avec Margot (maman de Kirua, Aix en provence) de la marque PETITPOINT. Aime les belles matières, l’art, le son des enfants dans une maison et avoir osé changer de vie.

Les deux amies d’enfance ont eu la très belle idée de mettre l’art à hauteur d’enfant. Des livres sensoriels et des tapis d’éveil pensés et conçus avec des artistes ! Des objets esthétiques et minimalistes fabriqués en France avec des matières naturelles. Encore tellement de choses à vous dire sur leurs initiatives et leurs créations! Mathilde a accepté de répondre à toutes les questions de LCDC ! Une très belle rencontre.

Petitpoint

Quel est votre parcours ?

J’ai travaillé dans l’art et la culture, la diffusion et la communication pour accompagner les artistes à promouvoir leur travail ainsi que leur image. J’ai aussi dirigé une compagnie de danse contemporaine. Puis je suis arrivée à un moment de ma vie où j’étais fatiguée du côté artistique. Accompagner les artistes c’est un peu comme être « leur maman ». Et une maman est toujours présente et disponible à n’importe quelle heure de la journée. J’avais donc très peu de temps pour moi, pour ma vie personnelle. J’avais besoin de changer d’air. Et l’envie d’entreprendre, de créer quelque chose était bien présente.


Et celui de Margot, co-fondatrice ?

Margot est diplômée de l’école supérieure des arts appliqués Duperré à Paris. Elle a travaillé dans l’édition et la communication visuelle en tant que graphiste. Puis Margot a elle aussi, eu envie de changement. Elle a suivi une formation pour travailler dans le milieu de la petite enfance.


Comment est née l’idée de Petitpoint ?

Nous sommes devenues mères quasiment en même temps. Je dirais que la naissance de nos enfants, en début d’année 2017 a été LE moment révélateur. Nous avions un besoin de créativité énorme que l’on a cherché à assouvir. Je suis passionnée d’art et de création. Alors quand mon fils Gaspard est arrivé, il était tout naturel pour moi de l’emmener dans les musées. Mais il était soit en poussette soit en porte-bébé, donc niveau interaction ce n’était pas vraiment ça…

Avec Margot on a cherché d’autres supports pour aborder l’art avec eux. Mais les livres proposés étaient la plupart du temps à destination des enfants de plus de 8 ans. On a donc commencé à imaginer un livre. On a pris du tissu beige que l’on a assemblé un peu n’importe comment. Puis on a peint de façon abstraite en s’inspirant de notre univers artistique. On l’a proposé à nos bébés de 4 mois, on a joué avec eux. Mon fils était attentif, il avait envie d’attraper l’image. Il se passait quelque chose.


A partir de là, vous avez travaillé, aboutie ce fameux livre tissu ?

Oui, ce format rectangle et cette matière le tissu étaient vraiment intéressant. Nous avons demandé à une amie plasticienne de créer un visuel. On l’a reçu. On a essayé à nouveau avec nos enfants. Ça m’a permis à la fois, de créer du lien avec Gaspard, de bien nous occuper et de faire vivre ma passion l’art. C’est à partir de là que l’on a commencé à fabriquer un vrai livre. On y a rajouté une étiquette et un anneau de bois.


Ce premier livre fabriqué à quatre mains était LE prototype ?

Oui. Nous l’avons ensuite testé avec nos enfants, les amis et amis d’amis. Les retours étaient positifs. Nous nous sommes donc lancés avec le livre d’artiste pour petits puis nous sommes allées un peu plus loin avec le tapis d’éveil.


Quels sont les artistes de votre première production ?

Pour nos premières éditions, nous avons choisi de présenter les oeuvres de Jean Hincker, photographe et Lila Lefranc designer textile. Nous trouvons les artistes grâce à nos recherches, nos lectures, nos rencontres. On leur propose de partir d’une oeuvre déjà existante et de l’adapter à nos livres et de même pour le tapis d’éveil. Chaque pièce est en édition limitée, les livres sont numérotés et le tapis d’éveil est signé de l’artiste.


D’où viennent le nom et le logo PETITPOINT ?

Une grande aventure ! Nous avions trouvé le nom de notre marque mais le nom existait déjà… le drame. On a longuement cherché, on voulait absolument le mot « petit ». Le mot « point » c’est le point de couture, celui de la sérigraphie et enfin le point de ralliement. On voulait quelque chose de très rond qui symbolise aussi le ventre de la femme enceinte.


Quelles sont les valeurs, l’esprit de la marque ?

Nous sommes persuadées que l’art relève de l’expérience et pas seulement du regard. ​​On cherche donc à offrir aux plus petits d’expérimenter une œuvre d’art. D’adapter cette œuvre à leurs facultés. Et nous sommes convaincues que l’art peut accompagner le lien entre le tout-petit, ses parents et le monde extérieur.


En quoi Petitpoint va plus loin que les autres livres qui abordent l’art pour les plus petits ?

Nous avons une vision de l’art accessible aux enfants bien différente. Dans l’univers de l’enfant, aux rayons livres vous pouvez en trouver en textile mais les couleurs sont primaires pas forcément esthétiques. Et les thèmes abordés ne sont pas très souvent renouvelés, animaux, objets du quotidien. Dans ces livres, les images sont déjà interprétées

Avec Margot, nous sommes persuadées que l’interprétation est justement différente selon chacun. Quand je regarde notre livre j’imagine une histoire. Quand mon mari le regarde il en voit une autre. Nous n’imposons rien, toutes les lectures sont donc possibles. Un nouveau-né ou encore un bébé de 4 mois va regarder le livre avec ses yeux de petits. Vous pourrez observer les expressions sur son visage, les réactions dans son corps, on sent qu’il veut attraper le visuel. À 19 mois, l’enfant va raconter une toute autre histoire. Nous privilégions également des visuels contrastés pour permettre aux tout-petits d’en saisir les nuances.


Quelles sont vos matières de prédilection ?

Le plus intéressant et important pour nous c’est d’obtenir une production complètement française. La confection est assurée à paris. Et notre coton est tissé dans les Vosges. L’encre et le matelassage sont certifiés Oeko-tex.


Quelles sont vos inspirations ?

L’art. La vie en générale ! Tout, essentiellement le quotidien, les rencontres que l’on peut faire, un temps de trajet. Les petits moments. Une émotion qui arrive. La source la plus riche est certainement nos enfants. Et ils nous aident à les améliorer.


Des envies, des projets pour PETITPOINT ?

Une deuxième collection est en cours et de nouveaux objets. On souhaite aussi faire des expositions itinérantes pour les petits. Investir pourquoi pas une galerie d’art, une librairie…