Comprendre et gérer la fameuse "angoisse de séparation" !

News

Vous quittez la pièce quelques secondes et c’est le drame. Votre bébé ne vous voit plus, il se met à pleurer à chaudes larmes comme si vous l’abandonniez. Vous avez beau lui expliquer, l’embrasser rien n’y fait… Elise, infirmière puéricultrice nous aide à décrypter ce passage délicat de « l’angoisse de séparation » et surtout nous donne ses conseils.

Comprendre et gérer la fameuse "angoisse de séparation" !

Comment explique t-on cette fameuse angoisse de séparation ?

Pour comprendre cette étape délicate de l’angoisse de séparation, il faut revenir au premier jour de vie de son bébé. A la naissance, le bébé ne fait qu'un avec sa mère telle une symbiose. Du côté de la mère, il y a ce que l’on appelle « la préoccupation maternelle primaire ». Selon Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste anglais pour enfant, la mère va accompagner et entourer son bébé en trois étapes.

Tout d’abord le holding (le fait de tenir, de contenir). Il s’agit du portage de l’enfant. Mais pas seulement le portage physique, le holding englobe aussi toute la valeur affective. Donc porter aussi son bébé dans ses pensées et ses émotions. Ensuite le handling (la manipulation physique du bébé) va permettre au bébé de découvrir ses limites corporelles. Il va pouvoir dissocier son corps de l’environnement. Et enfin l’object presenting (la présentation d’objets) c’est-à-dire que l’enfant va découvrir le monde progressivement.

 

L’ouverture au monde : Le bébé va  commencer à se différencier des autres, ça passe par le sourire,  les interactions, vers ses 2, 3 mois. Grâce à la répétition de ces expériences positives, le bébé va les intégrer et évoluer sereinement. Après le premier trimestre, il va interagir et  comprendre plus de choses. Arrive alors la préhension et la motricité.

Maman et moi nous sommes 2 : Il y a ensuite le moment délicat où il va prendre conscience que lui et sa mère sont deux individus différents. « Mais alors si on est différent, on peut se séparer et aussi ne plus se voir ». Nous sommes alors aux 8 mois de l’enfant. « Quand maman part, je suis tout seul, peut être elle ne va pas revenir ». Votre enfant distingue aussi l'étranger du connu. Il perd alors l'illusion du départ, cette fameuse symbiose si réconfortante.

 

Quelle attitude adopter ?

Clairement, votre enfant va se sentir angoissé. Il va certainement se mettre à pleurer. Entre alors en scène le doudou comme objet transitionnel. L’idée ensuite c’est de prendre ce doudou et de jouer avec votre enfant à le cacher. A 8 mois, votre enfant comprend que lorsque je cache doudou sous le coussin je ne le vois plus mais il existe encore. Et bien ça sera le même principe avec vous, quand vous quittez la pièce.

 

Comment aider mon enfant à traverser cette phase ?

A la maison, pour y aller en douceur quand vous quitter la pièce, continuez de lui parler. Il aura encore un contact auditif à défaut du visuel. Vous pouvez aussi lui proposer des jeux sur les émotions, le coucou, je me cache le visage. Ou encore, si vous le laissez dans le salon, dans son parc, donnez lui accès à des jeux autonomes pour se sentir exister par lui même sans vous.

S’il s’agit d’une séparation due à un mode de garde… Privilégiez au début de petites séparations (les adaptations à la crèches, avec la grand-mère..) Je vous conseille de prévenir votre enfant quand vous allez partir. Souvent, on veut profiter que son attention soit portée sur autre chose pour disparaître… très mauvaise idée. Quand il aura terminé, il va vous chercher… Donc même si c’est difficile, prévenez-le de votre départ et toujours lui dire « je vais revenir ».

 

Un passage obligé ?

Oui. C’est même indispensable pour que le bébé perde l’illusion de la fusion maternelle. Ça fait partie de la construction du psychisme. En tant que parent je dois accepter cette phase.

***Je sais désormais reconnaître cette angoisse, je l’accompagne, ce qui va permettre à mon bébé de capitaliser sa confiance en soi. Il réalise ainsi qu’il peut faire des choses par lui-même, la première pierre des bases de la confiance en soi.