La douleur de l'accouchement

News

« Je me prépare pour mon accouchement, mais est-ce que je vais réussir à mettre en oeuvre tout ce que j'apprends? Est-ce que la peur va prendre le dessus? »  « Est-ce que je vais pouvoir maîtriser quelque chose? » On appréhende beaucoup cette douleur de l'accouchement Claire Letessant sage-femme depuis 15 ans, nous donne ses conseils pour se préparer au mieux et nous permettre de vivre pleinement ce moment. 

 

La douleur de l'accouchement

Peut-on réellement apprivoiser cette douleur si particulière? 

Mon premier conseil: La préparation à la naissance celle de votre choix vous pouvez en suivre une standard soit avec une sage-femme libérale en cabinet soit avec une sage-femme à l'hôpital. Vous pouvez associer cette préparation standard à des plus spécifiques comme le yoga, le chant prénatal, la piscine ou encore la sophrologie. En tout cas un accouchement ça se prépare ce n'est pas quand avez aurez mal et que vous serez stressée que vous allez trouver la solution miracle le jour j. 

Quelles sont les clés pour essayer de contrôler la douleur ?

Pour gérer la douleur il y a deux aides précieuses: les positions et la respiration. Les positions, il faut les appréhender avant en cours de préparation par exemple. Il faut réfléchir à ce que l'on recherche dans chaque position. Pour la respiration c'est la même chose ce que l'on cherche à maîtriser c'est la respiration ventrale et elle n'est pas si évidente. Il faut l'avoir compris, senti au calme et en amont. Ainsi au moment où l'on ressent la douleur on va savoir ce que l'on doit rechercher comme ressenti… 

Avec ou sans péridurale premier ou deuxième accouchement, la maîtrise et la connaissance de sa respiration sont essentielles.  

Le père peut-il vraiment nous aider à maîtriser cette douleur? 

Le père est plus qu'indispensable pour les changements de positions par exemple s'il a compris en amont les bénéfices de la respiration il pourra alors vous coacher et vous accompagner. Il y a des positions antalgiques qui se font à deux et qui peuvent être couplées avec des massages lombaires par le mari, une zone très  douloureuse et ça marche très bien! 

Les pères sont donc les bienvenus mais attention ce n'est pas une obligation. En tant que femme on peut et on doit entendre le désir de l'homme s'il est là à contre coeur, ça sera très mauvais pour tout le monde et inefficace. Ce qu'il faut retenir c'est qu'il faut un accompagnant (mère, amie…) je vous recommande d'y réfléchir avant, de choisir celui qui sera le mieux à même de vous accompagner. Si votre compagnon ne peut pas ou ne le souhaite pas, ça ne veut pas dire qu'il est un mauvais père. L'accompagnant n'a pas une place évidente. 

Et la péridurale alors? 

La péridurale est censée retirer la douleur mais pas les sensations. Il y a eu un gros travail autour de la péridurale pour qu'elle soit bien dosée. Les femmes ressentent les choses car pour pousser il faut sentir ce qu'il se passe. La péridurale doit être une analgésie, pas une anesthésie.

Beaucoup de femmes aujourd'hui souhaitent accoucher sans péridurale. Mais attention à la raison, prenez le temps de décortiquer et de savoir pourquoi vous ne souhaitez pas de péridurale. Il ne faut pas tout mettre dans le même panier. Je m'explique. La péridurale ne veut pas dire surmédicalisation et passivité. Car même avec une péridurale on peut changer de position et elle ne va pas ralentir non plus le travail. On a cette idée que ça peut ralentir le travail mais en fait c'est parce que on est immobilisé, il faut donc continuer de bouger.  On ne peut pas forcément marcher mais on peut se mettre à quatre pattes par exemple sur les côtés et utiliser un ballon. Le mouvement permet au travail d'avancer. 

Est-ce que l'on peut toutes tenter d'accoucher sans péridurale? 

C'est possible, la sage-femme présente ce jour-là sera votre partenaire sans aucun doute mais attention ça se prépare et pas seulement avec une préparation standard, c'est comme un vrai marathon on ne s'entraîne pas juste avec un petit footing le week-end.