MARIN AIME

Portrait

Adeline, maman de Marin, la Rochelle en Charente maritime.

Créatrice de la marque MARIN AIME, bricoleuse, couturière, aime l’authenticité et la simplicité. Depuis 3 ans, Adeline propose des créations douces et contemporaines où le double gaze de coton a toute sa place. Le coussin « dormeur », « l’étoile » lumineuse, les trousses de toilettes, tout est conçu à la main de façon artisanale et les tons sont naturels. Je vous invite à découvrir les inspirations d’Adeline, sa façon de travailler et ses projets ! Une très jolie marque.

MARIN AIME

Quel est votre parcours?

J’ai suivi des études de diététique ! Et après j’ai fait une autre formation pour m’occuper de personnes handicapées. Mais depuis deux ans j’ai créé ma société « Marin Aime ». J’ai toujours aimé bricoler, ça remonte à quand j’étais petite, mais je ne pensais pas en faire un jour mon métier.

Quel a été le déclic ?

La naissance de Marin, mon fils. J’ai fabriqué plein de choses pour lui, pour préparer sa chambre, la décorer et j’avais plein de compliments de mon entourage. Au début, c’était un peu farfelu, ça partait dans tous les sens c’était très coloré, je prenais plein de tissus et je faisais des tests, je cherchais.

Ça a commencé à prendre un peu d’ampleur et j’ai ressenti le besoin de me poser, de réfléchir. J’avais envie d’une gamme plus douce, de couleurs plus naturelles, d’une belle matière.  Alors j’ai pas mal cherché, j’aime beaucoup le lin et j’ai trouvé le double gaze de coton. Une matière à l’inverse de ce que je suis. J’aime la rigueur mais là avec ce tissu, c’est différent, tout est possible, je peux tester plein de choses et c’est tellement douillet.

 Vous avez donc trouvé VOTRE matière ?

Oui et quand j’ai commencé à la travailler, là je me suis dis ok je m’y cantonne, je peux me lancer, on y va. J’avais quelques bases de coutures de mes grands-mères, la meilleure des transmissions et c’est quelque chose de si précieux à mes yeux. Elles sont fières de moi.

En quoi votre vision de MARIN AIME a t-elle évolué ?

Avant j’étais très orientée bébés, je pensais bavoirs, mais maintenant j’ai envie d’objets multifonction qu’ils soient évolutif. Donc on peut dire que la marque évolue avec Marin. Il y a aussi tout simplement mon expérience de maman, j’essaye de voir ce qui pourrait être bien et pratique au quotidien.

Par exemple, le coussin Le Dormeur a beaucoup évolué, au départ c’était un coussin rond, mais non ce n’était pas moi, je trouvais le rond trop banal, alors j’ai dessiné, j’en ai fait plein, il y a eu au moins 4 ou 5 patrons différents, je voulais qu’il ressemble à un mouton. Depuis le début, je garde certains prototypes.

Comment travailles-tu ?

Pour les nouveaux projets, je commence par des croquis, que je teste sur les tissus. Il y a souvent des modifications avant d’arriver au résultat final. Je réalise ensuite des patrons pour la production.

On peut en savoir plus sur le double gaze de coton, votre matière de prédilection ?

Il s’agit d’un tissu double gaze de coton Oeko-Tex.  Le label Oeko-tex offre des garanties humaines et écologiques sur les textiles. C'est un label européen qui vous permet d’avoir la traçabilité du tissu. Ce tissu double gaze de coton est sans substance nocive pour le corps ou pour l'environnement (sans pesticides, sans insecticides,...). Il est donc idéal pour les peaux sensibles comme celles des bébés et des enfants.

Vos sources d’inspirations ?

Principalement mon fils. Il commence un peu à apprécier que je lui fasse des choses. Les couronnes par exemple, je n’arrivais pas du tout à lui mettre… Par contre, le fait que maman bricole, ça c’est top, il veut faire de la couture comme moi ! Après les photos, les couleurs m’inspirent beaucoup. J’aime l’authenticité, la simplicité.

Des envies, des projets pour MARIN AIME?

Développer plus de coloris, travailler des matières naturelles, je souhaite faire moi même mes teintures végétales. Créer des couleurs à partir de végétaux. Je vais faire prochainement une formation. Aussi aller à la rencontre des clients l’été sur les marchés de l’Ile de Ré.