HARTÔ

Portrait

Hartô, maison d’édition française, basée à paris.

Banc Gustavecommode Mariusmiroir Lubin ou encore lampe Nina, Hatô propose du mobilier astucieux et coloré pour des intérieurs joyeux ! Toutes les créations sont pensés et réalisés par des designer et s’intègrent parfaitement à la vie de famille. La chambre du petit dernier, le salon, l’entrée ? à vous de choisir ! Découvrez comment fonctionne cette maison d’édition et le parcours de certains de ses designers.

HARTÔ

Comment a commencé l’histoire d’Hartô ?

Hartô fut créée, en 2010, par son fondateur Alexandre Mulliez. Il vendait du meuble exclusivement sur Internet. Il souhaitait néanmoins apporter un souffle nouveau à son entreprise, en devenant également un studio de création. Amandine Merle rejoint donc l'aventure en 2012. Les co-fondateurs firent appel à de jeunes talents du design pour la direction artistique : Pauline Gilain, Pierre-François Dubois et Julien Phedyaeff.

Après de longs mois de préparation, le nouveau Hartô vit le jour en 2013, une marque avec une identité forte basée sur trois axes : la création, la fabrication et la commercialisation. Aujourd’hui nous sommes 9 (sans les designers) à travailler pour le développement d’Hartô.

Quel est l’objectif de cette maison d’édition ?

Hartô donne vie aux pièces imaginées par des designers talentueux et compose ainsi, pour vous, une collection de pièces unique. Chaque pièce de la collection est le fruit d’une recherche d’équilibre entre élégance, générosité et graphisme.

Qui sont les designers ?

Guillaume Delvigne, Benjamin Graindorge, Florence Watine …

Où sont fabriqués les meubles et objets de décoration Hartô et quelles sont les matières utilisées ?

Le mobilier Hartô est fabriqué en France ou en Europe (95% au Portugal) à partir de matériaux de qualité. Le bois (MDF, chêne ou tilleul, le noyer) provient de forêts éco-gérées. Les vernis et les laques utilisés sont naturels et exempts de produits toxiques. Nous utilisons pour certaines créations des matériaux tels que du cuir, de la laine de Nouvelle-Zélande extrêmement qualitative ou encore du laiton et de l'acier.


Le designer de la lampe Nina : Tristan Lohner

Attentif à la justesse et à l’honnêteté de ses créations, Tristan recherche la cohérence entre le projet, son marché, sa forme et sa pérennité. Son travail s’attache avant tout à l’intime et au rapport sensible entre l’objet et celui qui l’utilise.

Tristan LOHNER a débuté son parcours par le Brevet des Métiers d’Arts en Ebénisterie, sous l’enseignement de Bernard DAUDE, ébéniste de Pierre PAULIN pour le Mobilier National. Puis, il intègre l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris, où il suit les cours de Jean-Marie MASSAUD en design produit. Aujourd'hui directeur du RBC Design Center à Montpellier, il continue ses activités de designer en parallèle.

Le designer de la boîte de rangement Louisette (boîte à outils) : Pierre Dubourg

Avec pour ligne de mire la simplicité, ses dessins tendent à respecter une logique de fabrication afin d'offrir des produits pérennes et astucieux.

Diplômé en 2007 d’un Master en Design, il intègre en 2008 le studio Arik Levy à Paris et deviendra chef de projet ( mobilier, design industriel). En 2012 il entreprend une collaboration artisans / designers, tout en étant intervenant auprès d’étudiants en design produit. Aujourd’hui, en tant que designer indépendant il collabore avec des maisons d’édition françaises et mène en parallèle des projets personnels.

Membre actif du collectif Fédération Française de Design ( FFD), il expose au Carrousel du Louvre en septembre 2013 durant la Paris Design Week.

Le designer de la gamme Marius : Pierre-François Dubois

Issu d’une formation en design industriel, Pierre-François aime dessiner des objets simples et astucieux en termes de conception ou d’usage. Son passage par la Finlande a laissé des traces sur sa sensibilité pour les matériaux naturels et les lignes épurées.

Passé par plusieurs écoles de design (Boulle, Olivier de Serres, Aalto University, Ensci), il accumule des expériences variées grâce à ses stages : Normal Studio, Kipsta ou encore Dior. Il collabore depuis début 2013 avec Julien Phedyaeff et Pauline Gilain à la direction artistique d’Hartô.