Les Deux Roses

Portrait

Pauline, Maman d’un petit garçon. Installée à Bourg-en-Bresse, près de Lyon.


Fondatrice de la marque LES DEUX ROSES. Aime les matières naturelles, la sobriété et surtout que ses créations aient du sens.
Pauline propose des doudous au design épuré, dans un coton biologique très doux. Elle les imagine et les réalise entièrement à la main, du pinceau pour le dessin, à l’assemblage. Découvrez cette jolie marque engagée dans l’interview de La Cabane Des Créateurs.

Les Deux Roses

Quel est ton parcours?

Toute cette aventure est arrivée par hasard. Avant je vendais de la papeterie, j’en étais accroc. Puis quand je suis tombée enceinte, ça a déclenché en moi des achats compulsifs…Mais je ne trouvais pas vraiment mon bonheur. On a tous une identité, une personnalité. Je trouve que l’univers de l’enfant est assez kitch, mais pas le côté sympa, mignon du kitch. Les couleurs que l’on nous propose sont soient trop fille, soit trop garçon. Et surtout, je trouve qu’il n’y a pas assez de simplicité, de sobriété. Je ne me savais pas comme ça… Et puis un jour, dans mon atelier, j’ai eu cette envie subite de coudre. Je m’y suis mise directement. Je suis autodidacte, j’ai toujours aimé faire moi-même, tenter des choses. Au fur et à mesure j’ai pu accumuler des tissus, des accessoires des anneaux en bois. Les années passent tu ne t’en sers pas et puis un jour tu retombes dessus.


Tu commences alors à réaliser des articles pour bébé ?

Oui mais je n’avais pas l’impression d’avoir trouver celui qui me faisait frétiller. Je n’étais pas convaincue. Je voulais un design qui n’existe pas encore. Un truc à moi.
Et puis un jour j’ai ressorti mon matériel de peinture. Les premiers essais ont été chaotiques, puis ça a commencé à prendre forme. Ça devient joli, rigolo, ça me parle. J’ai l’impression de n’avoir jamais grandi, alors je me retrouve complètement dans cette nouvelle création : un doudou biberon. Sa première version est avec l’inscription « lait ».


Arrive ensuite la personnalisation ?

Une amie me dit qu’elle aime beaucoup le doudou biberon mais qu’elle aimerait bien avoir comme inscription le prénom de son fils. Je dois avouer que je n’aime pas du tout la personnalisation. Par contre j’adore les petits mots espiègles. Etre original.
Mais j’essaye. Je peins le prénom de son enfant en horizontale. Finalement, oui, je trouve ça très joli et très sympa. Je partage alors la photo de ce doudou biberon personnalisé sur Instagram et reçois un commentaire qui va me marquer : « là, ça change tout … ». Et en effet, les commandes se sont multipliées.


Les doudous biberons plaisent beaucoup, que ressens-tu?

Au début je n’avais pas confiance en moi. J’avais pourtant un vrai savoir-faire, mais je dévalorisais mon travail. Puis j’ai commencé à avoir de la reconnaissance. Je réalise petit à petit, je travaille et je suis très motivée. Je découvre au fur et à mesure d’autres marques qui correspondent à mon univers. Je veux me positionner et être reconnue comme toutes ces marques que j’admire, pour leur travail et le côté éthique. Un challenge, surtout quand on part de rien, mais tout peut arriver !


D’où vient le nom de la marque ?

Ça vient de mon nom de famille et aussi de mon enfance. Petite, tout le monde m’appelait « rose ». C’est donc venu comme ça, tout seul comme une évidence. Mais en vrai, je déteste le nom « Les deux roses ». Et puis mon projet a pris de l’ampleur, donc je l’ai gardé. Peut-être que je le changerai un jour.


Quel est l’esprit de la marque ?

Allier la simplicité et l’espièglerie. Je suis très minimaliste, je ne supporte pas les objets sans utilité. Je ne peux pas vendre un produit qui soit uniquement décoratif. Mon souhait est de consommer moins mais mieux. Je cherche donc à améliorer le produit. Ça fait deux ans et demi que j’augmente un peu les prix pour cette raison, pour proposer un produit étique. Le doudou biberon est désormais à 30 euros et ça n’ira pas plus loin. Je pense être au juste prix et avoir trouver le bon équilibre. Le produit doit être irréprochable c’est pour les bébés !


Comment travailles-tu ?

Il arrive que d’un coup, l’idée soit là, je dois alors vite prendre mon calepin. Mais souvent c’est en voyant la matière première que ça vient, comme l’anneau pour le doudou biberon. Pour le doudou carotte c’est venu de la matière, du tissu et du fait que mon fils ne possède pas de doudou. J’avais envie de quelque chose de robuste, en lin pour une bonne prise en main et je voyais les fanes de carottes toutes douces, donc une différence de texture. Résultat : Mon fils l’a tout de suite adopté, il adore jouer avec les fanes. Là j’ai gagné mon pari ! Un objet beau et utile. 

Je travaille donc dans mon atelier, après la peinture il y a le temps de séchage 24h pour un doudou. Puis j’assemble les différentes parties de tissus à la machine à coudre, je bourre et referme. Puis j’emballe. J’aimerais éliminer le plastique et passer à une petite bourse en coton biologique, c’est en réflexion.

Quelles matières utilises-tu ?

J’utilise du coton biologique. Je ne prends pas le bas de gamme ni le plus cher mais le juste milieu. C’est un coût mais je suis contente de pouvoir le faire, de pouvoir le proposer. Le tissu est super, j’en suis très contente. L’anneau est en bois et la peinture est spécifique pour les tissus. Elle ne se sent pas du tout dans les deux sens du terme : pas de texture au doigt, ni d’odeur. J’aurais pu penser au transfert à la place de la peinture mais ça manque beaucoup trop de charme pour moi. Et dessiner sur du tissu est si relaxant ! 

Quelles sont tes inspirations ?

Mon Fils ! Et je suis actuellement enceinte, alors j’ai plein de nouvelles idées ! Mes produits sont mixtes et je n’ai pas envie que ça change de ce côté là. Les objets insignifiants du quotidien m’inspirent énormément. Des objets que l’on croise tous les jours, on n’y fait pas attention. Ça peut être la couleur d’une porte !


Des envies, des projets pour « Les Deux Roses »?

Des collabs !