Mr Naturaliste

Portrait

Fondatrice de la marque MONSIEUR NATURALISTE. Amoureuse inconditionnelle de la nature et dotée de doigts de fée. Elle observe la nature, les saisons, le temps qui passe. Elle aime les imperfections et le relief des matières.

Marjorie illustre aux stylos, en noir et blanc, la faune et la flore. Les détails de son trait donnent vie au lapin, à l’ours, au caneton. De belles illustrations que l’on retrouve dans la collection Petit Naturaliste : bodie, tee-shirt, legging, lange, bavoir, toute une gamme en coton biologique du 6 mois au 24 mois. Découvrez sur LCDC le portrait de Marjorie, son univers, ses inspirations et sa technique de dessin.

Mr Naturaliste

Quel est votre parcours ?

Avant j’étais publicitaire pour de grosses boîtes de pub, je réalisais beaucoup de campagnes, de logos. Je travaillais tout le temps sur ordinateur, je dessinais au stylet à l’ordinateur, je réalisais des montages photos avec un rendu lisse et numérique. Il n’y avait alors pas de place pour les petits accidents, les ratures, les erreurs. C’était très beau, très net. C’était parfait mais c’est tout ce que je ne voulais pas. J’ai ressenti un ras-le-bol, le besoin de me recentrer sur mes envies, mes attentes.
J’ai toujours dessiné, avant mon d’être publicitaire j’ai fait une école de dessin et de graphisme, le ECV (Ecole de communication visuelle). J’aurais pu en faire un hobbies mais quand je rentrais à la maison je n‘avais pas le temps.


Le dessin vous manquait?

J’ai toujours eu ce besoin viscéral de dessiner. J’avais des dessins dans ma tête, il fallait que je les sorte. J’ai commencé avec un stylo tout simplement. Je n’avais pas besoin de peinture, ni de beaucoup de place. Et tout d’un coup c’est parti. J’ai adoré le rendu de la technique utilisée. Je voulais quelque chose de naturaliste, de la texture. Les enfants adorent et les adultes aussi ça parle à leur âme d’enfant.


Vous vous mettez donc à dessiner, quelles sont vos inspirations ?

Les fleurs et les animaux. J’aime le dessin en un seul jet. Et le fait qu’il y ait une histoire une fois le dessin terminé. Chose, que j’avais également dans mon travail de publicitaire. Le dessin doit vivre après.


Vos illustrations prennent alors vie sur quel support ?

J’ai commencé à les appliquer sur des mugs… mon entourage trouvait ça super sympa. J’ai ensuite rencontré une femme qui possède une boutique sur Bordeaux. Ensemble nous réalisons une série de mugs avec des plumes, des oiseaux. Ça a cartonné, une très belle surprise. Une très belle surprise parce que là il y a une rencontre avec la personne, un échange, un retour. Jusqu’à présent, j’étais comme protégée derrière mon ordinateur.
Dans la même année, je me décide et je suis prête à lancer MR NATURALISTE. Je veux faire de beaux produits. Je rencontre une une chef de produit et nous développons une ligne pour bébé.


D’où viennent le nom et le logo

MR NATURALISTE, MR pour Marjorie Renard, mon nom et prénom tout simplement. Renard, c’est quand même dingue. Naturaliste comme une évidence par rapport à mes dessins, mes modèles, mon inspiration. Et puis les gens ont commencé à m’appeler « monsieur » Naturaliste pour le MR. Alors c’est resté.


Quelles sont les valeurs, l’esprit de la marque ?

La nature en premier. Se reconnecter avec la nature, revenir à l’observation, pendre le temps d’observer la nature qui nous entoure. Finalement revenir à des valeurs simples, les saisons, l’écologie, le bien être. La bienveillance envers soi et les autres. Il s’agit d’une marque familiale, pour les bébés, la maison, les femmes et les hommes.


Comment travaillez-vous ?

Je travaille toujours d’après une photo ou d’un modèle réel. C’est mécanique, je suis presque comme une imprimante, je regarde, j’observe et je retranscris tout de suite. Qu’il s’agisse d’une fleur, d’un animal, j’ai toujours un coup de cœur à la base. J’adore passer du temps à décortiquer ce que je vois. D’ailleurs le travail de préparation peut donc dense. Je peux observer l’animal ou la fleur pendant trois, quatre heures sans problèmes. Et ensuite je me lance dans le dessin.
Par exemple, pour le lapin, je vais regarder plusieurs positions. Pour une fleur, pour la voir dans tous les angles, je vais regarder ses différentes étapes d’ouverture. Je suis toujours émerveillée.


Tu as une technique bien particulière ?

Je prends un stylo et c’est tout. Je dessine toujours des petits points, des hachures, comme une technique machinale. Je réalise des points de plus en plus ou de moins en moins resserrés, comme un « pointilliste ». Le rendu donne l’impression d’une gravure. Mais ce n’est pas la même technique. J’utilise des stylos d’architecte tout fins d’un millimètre. La finesse a son importance car je pratique des dégradés de noir. J’aime ce côté noir et blanc, ça permet d’être dans le dessin, de ne pas être perturbée, c’est reposant.


Quelles sont vos matières de prédilection ?

Le jersey tricoté pour les tee-shirts, les leggings, les langes, les bodies. C’est une maille très fine, ce qui permet d’avoir une souplesse et une matière très douce. Il s’agit d’un coton organique. J’utilise des matières naturelles, simples et brutes.

Où les créations sont-elles fabriquées ?


Pour la collection bébé, les essais et recherches ont été nombreux. Je pense notamment à la technique d’impression. Celle dite du « cylindre » ne peut pas convenir car je perds les traits les plus fins de mes dessins. Je suis donc obligée de me tourner vers la technique plus coûteuse, l’impression numérique pour obtenir une meilleure qualité. Et cette impression numérique sur su jersey tricoté n’est possible qu’en Allemagne, Belgique et Portugal. C’est finalement en Turquie, que j’ai trouvé un atelier qui arrive à répondre à tous mes critères : un tissu de qualité réalisé dans de bonnes conditions. Ce qui est fondamentale pour les bébés qui vont porter mes créations. Mon objectif est de trouver plus près, voire même en France, j’y travaille. Pour ce qui est du bavoir, il est fait en Inde et imprimé à Bordeaux.


Quelles sont vos inspirations ?

La nature, tout le courant artistique des naturalistes, mes études d’art, mes années à la fac d’art plastique, l’histoire de l’art. Plein d’artistes, la musique. Je rebondis régulièrement sur le ressenti de mes enfants. Ça m’arrive de les interroger. Ils sont de super bons petits chefs de produit.


Que peut apporter le dessin aux enfants ?

Le dessin est une bonne école de la vie, on y découvre l’échec, le courage, la prise de risque. La tablette a ses bons côtés mais sur cet outil on efface, on peut retourner en arrière sans risque, sans conséquences. Le dessin a une démarche saine et naturelle.


Des envies, des projets pour Mr Naturaliste.

Créer ! J’ai tellement d’idées de vaisselle, de papier peint, et continuer à développer la gamme petit naturaliste.