APRIL ELEVEN

Portrait

Charline, maman de Romy, Sud Ouest

Créatrice de la marque APRIL ELEVEN, passionnée par le bois, particulièrement le chêne. Charline propose des objets et des accessoires de décoration pour les chambres de bébés et d’enfants. Applique licorne, miroir esquimaupatère goutteboîte à musique caravane… Un univers pleins d’humour et de délicatesse ! Charline a accepté de répondre aux questions de LCDC, l’occasion de découvrir son parcours, ses valeurs ainsi que ses créations !

APRIL ELEVEN

 Quel est votre parcours ?

J’ai suivi une formation de styliste à l’école ESMOD (The International fashion design and business school). J’ai passé deux années à Bordeaux et un an sur Paris pour me spécialiser dans le vêtement de l’enfant. Ensuite j’ai réalisé un stage dans les Landes. Et là j’ai eu mon premier emploi chez Kanabeach pendant 5 ans en tant que styliste, je devais sélectionner les vêtements femme et enfant, mais aussi les accessoires.

Mais alors d’où vient l’idée d’APRIL ELEVEN, l’univers du bois est bien loin de celui de la mode ?

Petite, j’ai souvent traîné dans l’atelier de mon père qui est ébéniste. Avec mon frère, nous allions dans son atelier, on fabriquait des arcs, des épées, des cabanes. J’étais toujours dans la poussière de l’atelier. Je n’ai pas suivi de formation spécifique mais mon père m’a tout appris et il me conseille encore, même si je suis maintenant autonome. Aujourd’hui nous travaillons dans le même atelier, lui pense et fabrique des meubles sur-mesure pour la maison et moi je me suis spécialisée vers des objets et des accessoires de décoration pour les chambres de bébés et d’enfants. Même si ces objets peuvent complètement se mêler à la déco des adultes !                                                                                               

Le changement de métier a t-il été compliqué à vivre ?

Oui et non, je venais de vivre un licenciement économique, c’était vraiment le bon moment pour moi de me lancer, de changer d’univers. J’ai commencé par découper des formes puis j’ai participé à un premier salon de création à Bordeaux, ça a plu, alors ça m’a vraiment boosté. Ça m’a donné des ailes, j’ai retrouvé une certaine confiance. J’ai continué à travailler, à apprendre. Ça fait maintenant 6-7 ans que ça marche.  Je voulais cette vie là, je voulais réussir seule, être portée par les gens qui m’entourent, par les retours clients.

Qu’est ce qui vous inspire ?

J’aime ce qui est épuré, simple et quand il s’agit d’objets utiles. Je me retrouve pas mal dans le design suédois. J’aime regarder Pinterest, des tableaux d’inspiration, ça reste dans un coin de ma tête. Avant la naissance de ma fille Romy, je ne créais pour personne en particulier, maintenant forcément c’est un peu différent ! Mon regard de maman change un peu la donne.

Comment travaillez-vous ?

Je dessine beaucoup de croquis. Quand j’ai une idée, je la pose dans mon carnet et après je passe à autre chose et puis j’y reviens. Je fonctionne par collection. Je travaille au feeling et bien souvent, si je passe trop de temps sur un objet, ce n’est pas bon signe.

Quelles sont vos matières de prédilection ?

Le contre-plaqué chêne depuis le début, issu de forêts éco-gérées en Allemagne. Il s’agit de forêts coupées et replantées. J’aime sa couleur qui est douce, le veinage marqué mais pas trop, un bois qui n’a pas trop de nœuds. Enfin, le mat du bois me plait donc je ne n’utilise pas de vernis.

Vos créations sont essentiellement des objets de décoration, comment vous est venue l’idée de la balançoire ? 

C’est vrai que c’est un peu différent de ce que je faisais, mais ça fait tout de même partie de moi. Cette idée de balançoire,  me vient du côté antiquaire de ma maman, elle m’avait traînée sur une brocante où j’avais trouvé un siège pour bébé, un vieux youpala. Il avait cet imprimé bleu et rouge qui m’attirait beaucoup. Et puis j’adore les jeux de balancements extérieurs, mais souvent ils sont en plastique, genre vert fluo… Alors l’idée de concevoir une balançoire pensée pour les bébés avec de jolies matières, de belles couleurs, me plaisait beaucoup. Je l’ai d’abord pensé pour l’extérieur, mais certaines de mes clientes, qui habitent en ville, l’utilisent surtout pour l’intérieur. J’ai adoré l’idée ! J’aime ce côté là, d’échange avec mes clientes, les produits évoluent.

   

Quels sont les projets, les envies pour APRIL ELEVEN ?

J’ai toujours des idées de nouvelles créations en tête ! J’aimerais aussi grandir un peu, j’aimerais développer des collaborations avec de jolies marques, m’associer avec quelqu’un pour un produit ou deux. Je suis vendue en France, en Europe, au Japon et en Australie, alors pourquoi pas dans d’autres pays encore !